Les carnets du Tast'eur

J’avais plusieurs fois entendu parler de ce restaurant, souvent en positif, mais pas seulement…

Je souhaitais donc me faire mon propre avis et je m’y suis rendu un samedi soir.

Le parking se situe à l’arrière d’un superbe bâtiment à colombages. En arrivant, vous découvrirez un grand potager, ce qui est fort encourageant pour le repas à suivre.

Le temps étant magnifique (c’est décidément une habitude pour le moment) nous avons choisi de manger en terrasse.

À première vue, celle-ci paraissait vraiment agréable : beaucoup de verdure, un petit plan d’eau la traverse et les tables sont suffisamment spacieuses et espacées pour éviter le sentiment d’être les uns sur les autres.

Mais passé le premier effet « woaouw », j’ai ressenti une sensation moins agréable. N’arrivant pas à l’identifier clairement, j’ai commencé à observer plus attentivement. Je me suis alors rendu compte qu’il y avait un genre de laisser-aller : des bannes solaires déchirées, des plantes envahissant les allées de manière chaotique, un vieux meuble dans un coin…

Mais soit, je n’étais pas là pour refaire la décoration.

Un serveur nous a accueillis très chaleureusement. Mais à nouveau, j’ai ressenti une sensation dérangeante : un manque de naturel et une façon appuyée, presque théâtrale, de présenter les plats et les vins m’ont mis mal à l’aise.

Nous avons choisi un menu découverte à 39€ (hors boissons et supplément éventuel pour certains plats). Il est composé d’une entrée, d’un plat et d’un dessert. À première vue, le prix semble raisonnable.

Pour nous faire patienter, nous avons dégusté une assiette composée de trois amuse-bouche. Très fraîche, elle nous a ouvert l’appétit.

En entrée, il nous a été proposé une revisite de la tomate mozzarella et une déclinaison de saumon accompagnée de coulis d’agrumes, d’une poutargue et d’herbes de jardin. Il y avait une vraie recherche sur les goûts, même si je ne suis pas fan de la mode qui consiste à inonder une assiette de feuilles entières de plantes aromatiques.

Nous avons poursuivi avec une pintade fermière à l’ail doux pour l’un et du porc ibérique au jus de shiitaké pour l’autre.

Si la pintade, les accompagnements et les sauces étaient parfaitement maîtrisés, je suis nettement plus nuancé concernant le porc ibérique. Je connais très bien cette viande et il m’arrive souvent de la cuisiner. Pour qu’elle développe toute sa saveur, elle doit être bien saisie, mais cuite très délicatement à cœur, limite rosée. Or, j’avais l’impression qu’il s’agissait d’un simple morceau de porc un peu trop cuit… Ajoutez à cela un supplément de 4€ pour ce plat, je trouve la note un peu salée.

Le repas s’est achevé avec un dessert dont l’intitulé était : « Framboise du jardin au jus, mousse au chocolat et glace vanille ». Une belle promesse. Le repas étant copieux, j’avais espéré finir sur une note légère, à peine sucrée. Raté… Un demi-cercle de meringue remplie de glace vanille, un autre d’une mousse chocolat compacte posée sur un biscuit, un crumble, de points d’un coulis de menthe très prononcé, des framboises entières et en coulis… très honnêtement, j’ai eu du mal à cerner le fil conducteur de ce dessert.

Vous l’aurez compris, cet établissement m’a laissé perplexe.

Je veux croire qu’il s’agissait simplement d’un « jour sans » et je retenterai l’expérience prochainement (également pour découvrir l’intérieur du restaurant).

Bonne dégustation!

La Croustade  |  Rue Hodiamont 13, 4802 Heusy (BE)  |  +32 87 22 68 39  |  Site Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *